SEO : définition des concepts de « Black Hat » et de « White Hat »

SEO : définition des concepts de « Black Hat » et de « White Hat »
5 (100%) 1 vote

Pour être efficace en référencement naturel, diverses techniques sont utilisées par les SEO. Au cours des années certains référenceurs et agences SEO n’ont pas hésité à user et abuser de techniques prohibées par Google. Ces techniques considérées comme « Black Hat » (chapeau noir) par le géant américain ont eu le mérite d’être extrêmement efficaces pour référencer un site en top position. Toutefois, les utiliser n’est pas une démarche sans risque et Google pénalise régulièrement les sites qui ne respectent pas leur standard pour le référencement (les fameuses « Guidelines »).

Le SEO White Hat respecte les règles dictées par Google

L’approche dite « White Hat » du référencement consiste à opter pour une démarche naturelle du référencement, sans l’utilisation de techniques censées déjouer le fonctionnement de l’algorithme du moteur de recherche. Ainsi, Google recommande de se focaliser plutôt sur la qualité du contenu, l’expérience utilisateur et les performances liées à la navigation (vitesse de chargement, bonne arborescence et accessibilité). Pour tout ce qui concerne les liens, ceux-ci doivent être obtenus de la façon la plus naturelle qui soit, notamment grâce à la qualité du contenu censé attirer à lui des liens d’autres sources en citation (ex : articles de presse, articles de blog, citations sur des sites de la même thématique etc…). Cette approche a un nom et s’appelle le « Linkbaiting ». Un site qui ne réfléchit pas en termes de SEO n’aura pas de souci à se faire quant à son traitement par Google. Toutefois, le SEO White Hat ne s’interdit certainement pas d’optimiser le site convenablement afin que les pages ciblées puissent monter sur des mots-clé. Il fera simplement attention à certains points tels que :
– la densité de mots-clés dans un texte (éviter la sur-optimisation),
– le type d’ancres utilisées pour les liens externes (éviter la pénalité Google Penguin)
– la qualité et la fraîcheur du contenu
– le bon remplissage des balises title, H1, description etc…
– l’accessibilité de l’internaute, mais aussi du Googlebot (utilise les outils de crawl et d’analyse de logs pour améliorer les performances).

Pour résumer, le référenceur White Hat pense avant tout à l’utilisateur et à son expérience sur le site mais sans pour autant négliger la partie optimisation on-page. La plupart des agences SEO en France ne travaillent qu’avec cette approche saine et sans risque pour les sites de leurs clients. Avant de choisir une agence SEO, il est important de demander à celle-ci si son approche est réellement White Hat.

Le SEO Black Hat utilise des techniques prohibées par Google

Le terme « Black Hat » n’est pas propre au monde du SEO et désigne une approche qui contrevient aux règles dictées par un moteur de recherche. Au fil des années, de nombreux référenceurs ont eu recours à des techniques redoutablement efficaces pour dépasser la concurrence et se positionner en haut du classement sur Google. Parmi ces techniques (et même si certaines sont obsolètes aujourd’hui), nous pouvons citer :
– le cloaking (montrer un contenu à l’utilisateur et un différent à Googlebot)
– le keyword stuffing (bourrer un texte de mots-clés)
– utilisation de redirections 301 abusives
– le contenu auto-généré (notamment via la pratique du content spinning)
– l’achat de liens
– les PBN (réseaux de sites privés)
– le BLAST (envoi de liens en masse pour pousser un site)
– etc…
Si la pratique du SEO Black Hat est toujours d’actualité, elle se limite souvent à des projets à court-terme en raison du risque majeur de pénalisation que fait courir Google aux webmasters. Selon l’agence SEO Cliquable à Lille, un référenceur peut tout à fait user de techniques Black Hat (sans bien sûr tomber dans l’illégalité en commettant du hacking ou autre), mais uniquement sur des sites satellites à ceux de ses clients et jamais sur leurs sites légitimes. Un site satellite est un site secondaire qui n’est pas relié au site principal du client, mais qui a pour vocation de générer de la conversion sur des produits ou services. Ainsi, le référenceur peut optimiser le site de son client à travers une approche saine et viable, et parallèlement, user de techniques agressives pour pousser des petits sites qui apporteront du trafic qualifié. Si Google pénalise un site satellite, il sera alors aisé et rapide d’en remonter un autre qui prendra le relais.